Les hospitalisations potentiellement évitables : l'histoire de Danielle

Publié par Morgane Angibaud, le 21 mai 2024   270

Danielle souffre d'insuffisance cardiaque

Danielle, une dame de 74 ans, vit tranquillement sa retraite avec son mari Maurice dans leur maison à la campagne. Elle consulte régulièrement son médecin généraliste car elle a un problème de cœur grave appelé insuffisance cardiaque. Cela signifie que son cœur ne fonctionne pas assez bien pour fournir suffisamment de sang et donc d’oxygène à son corps. Pour traiter ce problème, elle prend des médicaments tous les jours qu'elle va chercher à la pharmacie.

Un jour de printemps, alors qu'ils jardinent, Danielle se sent tout à coup très essoufflée et fatiguée. Elle rentre à la maison, s'assoit et remarque que ses chevilles sont gonflées. Ensuite, elle ressent des battements de cœur irréguliers. Inquiet, Maurice décide de l'emmener aux urgences. Une fois là-bas, le médecin explique à Danielle qu'elle a eu une sorte d'aggravation soudaine de son problème cardiaque, appelée décompensation cardiaque. Elle reste une semaine à l'hôpital pour être soignée. Puis, elle retourne chez elle sans séquelle.


Comme Danielle, environ 20 000 personnes sont hospitalisées chaque année pour des problèmes cardiaques

Bien que ces admissions soient justifiées au moment où elles surviennent, pourrait-on les éviter ? Les chercheurs estiment que c’est le cas pour Danielle et ont identifié plusieurs facteurs jouant sur ce qu’on appelle les hospitalisations potentiellement évitables. Par exemple, les personnes âgées comme elle sont plus susceptibles d'avoir des problèmes cardiaques ce qui les expose davantage à des hospitalisations potentiellement évitables. De plus, un accès limité à des professionnels de santé tels que médecins généralistes, kinésithérapeutes ou pharmacies accroît également ce risque.

Et si le médecin généraliste de Danielle travaillait avec d'autres professionnels de santé dans une maison de santé ? La maison de santé pluriprofessionnelle réunit différents professionnels de la santé pour offrir des soins coordonnés. Des études ont montré que cette collaboration permet un meilleur suivi des patients mais il reste à déterminer si elle a un impact direct sur les hospitalisations potentiellement évitables.

Dans le cadre de ma thèse de recherche, je cherche à savoir si l'exercice en maison de santé pourrait être un facteur permettant de diminuer les hospitalisations potentiellement évitables.


N.B : Le personnage décrit dans cet article est purement imaginaire et totalement fictif. Toute ressemblance avec des faits et des personnages existants ou ayant existé serait purement fortuite et ne pourrait être que le fruit d’une pure coïncidence.