Communauté

Femmes & Science

Camille Ait-Youcef, regard historique sur l'économie de marché des matières premières agricoles

Publié par EchoSciences Pays de la Loire, le 23 mai 2024   850

Qu’elles ou ils se consacrent à la biologie, à l’informatique, aux mathématiques ou à d’autres domaines, les chercheuses et chercheurs ligérien·ne·s contribuent activement à élargir les horizons de la recherche en Pays de la Loire. Nous sommes donc partis à leur rencontre aux quatre coins de la région pour rencontrer des scientifiques remarquables. À travers ces portraits imagés, vous découvrirez des chercheuses et chercheurs engagé·e·s et passionné·e·s.

Camille Ait-Youcef est maitre de conférences en sciences économiques à l’IAE de Nantes Université depuis 2020. Sa spécialité ? Les marchés financiers de matières premières agricoles qu’elle aborde sous différentes approches de recherche, notamment historique. Depuis 2023, elle est lauréate du dispositif Étoiles Montantes de la Région Pays de la Loire pour un projet qui s’intéresse à la place boursière majeure du marché des céréales : le Chicago Bord of Trade. Un projet qu’elle porte en collaboration avec Jean-Baptiste Bonnier, maitre de conférences en sciences économiques à l’Université de Franche-Comté.


Camille Ait-Youcef à Chicago

« C’est mon père qui a fait en sorte que je m’intéresse à la science en général » se remémore Camille Ait-Youcef, évoquant les moments passés à la Cité des Sciences et de l’Industrie, où est né son amour pour les sciences. Son père l’emmenait fréquemment à la Cité des Enfants, un espace ludique dédié à l’éveil scientifique des plus jeunes. Et la science que Camille a choisie, c’est l’économie. C’est lors de sa licence à l’Université Paris-Nanterre que cette voie lui est apparue comme une évidence. « C’est la micro-économie qui m’a amené à vouloir faire de la recherche », nous confie-t-elle. Bien qu’elle n’ait pas fait de la micro-économie sa spécialité, Camille a poursuivi son parcours en thèse à l’Université de Lorraine sous la direction d’Olivier Damette.

Durant son doctorat, elle s’est intéressée aux marchés de matières premières agricoles, relevant davantage de la macro-économie. Puis, elle entame un post-doctorat à Agro-Paris Tech Campus de Nancy, se penchant sur les freins à lever pour inciter les agriculteurs à changer leurs pratiques et aller vers des pratiques plus vertueuses. Elle n’achève pas ce travail, car elle obtient en 2020 un poste de maitre de conférences à Nantes Université. Aujourd’hui, elle poursuit le suivi de ce projet en accompagnant la personne qui l’a remplacée.

Un projet ambitieux

En fond, le Chicago Board of Trade

Les marchés des matières premières agricoles sont le terrain de prédilection de Camille Ait-Youcef. Depuis 2022, elle mène un projet de recherche ambitieux qui mêle histoire et économie en collaboration avec Jean-Baptiste Bonnier de l’Université de Franche-Comté. Ensemble, sous un prisme historique, ils étudient la place la plus importante pour l’échange des céréales : le Chicago Bord of Trade. Leur travail se concentre sur l’impact des infrastructures de marchés privées sur la dynamique des prix des matières premières agricoles et notamment les céréales à la fin du 19ᵉ siècle.

Une approche historique, qui les plonge dans les archives de cette grande place boursière et particulièrement dans les nouvelles prérogatives de la Chambre de Compensation. La Chambre de Compensation a plusieurs missions dont la mise en relation des différents agents qui agissent sur ce marché financier. « On a une approche historique pour s’intéresser à l’influence de ces prérogatives sur la dynamique des prix, mais aussi sur le commerce et les échanges dans la région (Midwest) ». Car si le Chicago Bord of Trade était un pionnier à son époque, son leadership perdure encore aujourd'hui et exerce une influence majeure sur les prix des matières premières agricoles à l'échelle mondiale.

Tranche d'archives des échanges au Chicago Border of Trade
Tranche d'archives des échanges au Chicago Board of Trade

D’où vient cette influence historique ?

L’émergence du Chicago Border Trade résulte de la volonté des commerçants et des agriculteurs de faire de cette ville un centre majeur du commerce. Ils ont rapidement saisi les avantages offerts par le développement du commerce fluvial, facilité par la présence de nombreux fleuves et lacs autour de Chicago, ainsi que par l'essor du réseau ferroviaire. Ces infrastructures stratégiques ont permis à Chicago de devenir un point de stockage central pour les céréales, avant leur distribution à travers le pays via ces systèmes de transport dans les autres régions des États-Unis.

Le Chicago Bord of Trade continue d'exercer une influence significative sur les prix des matières premières agricoles à l'échelle mondiale. Aujourd'hui, comme à l’époque, les prix de référence des céréales sont établis sur cette place. Par la suite, ces prix subissent des ajustements en fonction de divers facteurs tels que les droits de douane, les frais de transport, le coût du fret et les politiques agricoles en vigueur dans chaque pays.

Une approche historique pour mieux comprendre les dynamiques du marché actuel

« On ne peut pas utiliser les données actuelles pour répondre à la question parce qu’il y a trop de variables qui agissent les unes sur les autres. Alors qu’à l’époque, il y avait beaucoup moins de réglementations fédérales, l’organisation de marché était interne donc il y avait moins d’interférences ».

Le travail de Camille Ait-Youcef et Jean-Baptiste Bonnier se focalise sur trois axes de recherche. Ils explorent les archives historiques du Chicago Bord of Trade et d'autres places boursières américaines pour répondre à ces questions :

  1. Comment les règles de la Chambre de Compensation ont-elles influencé la stabilité des prix ? Ils s'intéressent particulièrement à savoir si ces règles ont réduit la volatilité des prix sur cette place et ont favorisé son émergence comme leader dans le commerce réel.
  2. L'introduction du marché futur à la fin du 19ᵉ siècle a permis de conclure des contrats pour des échanges futurs, offrant une sorte d'assurance aux acteurs réels. Cependant, il est difficile d'évaluer son impact sur les prix des matières premières agricoles et le commerce réel en l'absence de données antérieures. Une approche historique permet d'étudier cette dynamique.
  3. Comment les réglementations gouvernementales aux États-Unis ont-elles affecté les prix des matières premières dans le Midwest ? Ils explorent également l'impact de l'accès à l'information, notamment avec l'avènement du télégraphe, en examinant les archives depuis la fin des années 1800.

Pour répondre à ces questions de recherche, Camille et Jean-Baptiste se sont rendu à l’Université d’Illinois de Chicago pour se plonger dans les archives de la bibliothèque universitaire. « Avec le temps qui nous était imparti, on a quand même réussi à trouver les documents qui nous étaient utiles ». Grâce à l’aide du personnel de la bibliothèque, ils ont pu parcourir de nombreux documents. Des documents très anciens, comme des amendements, dont les pages s’effritaient. Mais aussi des données écrites à la main sur des microfilms lisibles à l’aide d’un appareil. « Pour éviter la détérioration, nous n’avions le droit de venir qu’avec un ordinateur, un crayon et des feuilles de papier », nous raconte-t-elle.

Extrait d'archives du Chicago Border of Trade
Extrait d'archives du Chicago Board of Trade

Malheureusement, ces données seules ne leur suffiront pas pour répondre à toutes leurs interrogations. Après cette exploration approfondie des archives américaines, les deux chercheurs ont réalisé qu'ils devaient élargir leur champ d'investigation en examinant également les données des autres places boursières du Midwest. Pour les soutenir dans cette entreprise, ils font appel aux bibliothécaires pour obtenir des documents scannés et font équipe avec des ingénieurs de recherche ainsi que des stagiaires pour les aider dans l'analyse des données.

À travers cet effort de recherche de longue haleine, leur objectif est de pouvoir répondre à plusieurs questions contemporaines tout en replaçant les événements dans leur contexte historique. En étudiant les dynamiques passées des marchés et des réglementations, ils espèrent éclairer les enjeux contemporains et contribuer à une meilleure compréhension des marchés financiers. En fin de compte, leur travail vise à fournir un regard précieux pour orienter les décisions futures dans le domaine de la finance et de l'économie.

Article écrit par Maéna Gérault pour EchoSciences Pays de la Loire